Les papas warriors

OU la vérité sur les pères de nos enfants

Je connais des papas qui sont à l’agonie au premier symptôme du rhume (Oui. Du rhume)… Mais qui portent deux enfants en même temps, un dans les bras, un sur le dos, en trottinant face au vent un lendemain de veille  (avec en option la chanson du Petit Escargot)

Je connais des papas qui s’inquiètent de l’équilibre alimentaire des enfants… Mais dont le plat signature est un menu à emporter de chez Mc Machin, agrémenté de bonbons crocodiles verts fluo avec une gaufre précuite en dessert

Lire la suite

Publicités

Le paradoxe du lundi matin

OU pourquoi la fin du week-end est parfois un déchirement (officiellement )  ET une délivrance (en secret)

C’est un mythe bien ancré. Celui de la déprime du dimanche soir.

Alors oui, c’est pas faux, le dimanche soir, tu as toujours un peu le coeur qui pleurniche à l’idée de repartir sur une nouvelle semaine de boulot et de déposer tes petits dans leur classe, leur crèche, leur petite vie à eux, loin de la tienne.

Mais bon, on peut se le dire ici, entre nous, personne ne nous regarde  : le lundi matin, c’est AUSSi un soulagement.

Lire la suite

Mon corps de Maman Guerrière

OU pourquoi tu ne seras jamais plus tout à fait comme avant

La pharmacie est devenue ma deuxième maison. C’est SuperChéri qui me l’a fait remarquer. « La pharmacie, c’est ta deuxième maison » a-t-il simplement décrété.

Il a raison. Je dépense des fortunes à la pharmacie. J’ai une carte de fidélité, je pense que je suis sur le point d’accéder au niveau ultime, celui où je pourrais me faire livrer une palette de Dafalgan directement dans ma salle de bain par Ryan Gosling nu.

J’adore mes pharmaciennes. Elles sont 4, pimpantes comme des Desperate Housewives, avec des remèdes de sorcières terriblement efficaces.  Et c’est pas faux, je passe ma vie dans leur pharmacie.

Il faut dire que depuis que je suis maman, mon corps a un peu morflé. Et pour compenser, je dévalise ma pharmacie (qui ne vend pas de remède louche pour se lever le matin ou faire dormir les enfants, je calme tout de suite tout le monde)

Lire la suite

Voler les instants parfaits

OU comment capter la joie là où on l’attendait pas

En plein milieu d’un week-end par exemple. Tu sais, ce moment à la fin de la semaine théoriquement prévu pour se reposer, lors duquel dans ton ancienne vie, tu aimais ronfler jusqu’à midi, sortir jusqu’à pas d’heure et t’enfiler des séries et du chocolat au fond de ton lit.

Sauf que depuis, donc, tu as eu des enfants.

Mais ces pseudo-week-ends peuvent être une source inépuisable d’apprentissage dans toute une série de domaines de compétences essentielles.

Exemple ?

Lire la suite