Le grand départ (en fanfare) du matin

OU comment le début de journée d’une Maman Guerrière ressemble à un marathon-sprint-slalom, en apnée, avec poussette, sac à main (et le sourire en prime) dans les embouteillages puis sur les pavés bruxellois.

Tu connais probablement très bien cela.

Pour moi en tout cas, chaque matin, le miracle se reproduit : je suis à l’heure au boulot, à 9h pile, pour la réunion qui lance la journée.

Et chaque matin je me demande : 1. comment ai-je réussi ce miracle ? 2. comment vais-je le reproduire demain?

Je te raconte ?

IMG_0278

6h01 Première sonnerie de mon réveil. (sonnerie se voulant mélodieuse et agréable, mais … tu parles… et que je mets en snooze en 3 secondes pour replonger direct dans les brumes de ma nuit -trop courte, tu t’en doutes)

6H03 Re-sonnerie

6H05 Re-re-sonnerie

(je te passe les suivantes, il y en a plusieurs car  je suis pas DU TOUT du matin)

6H11 J’émerge enfin. Je suis DEJA à la bourre. En théorie, SuperChéri est déjà parti bosser (lui est TOUT A FAIT du matin), et en théorie sur la pointe des pieds. En théorie, Mistinguette et Pimprenelle dorment encore paisiblement dans leur petit lit, toutes adorables et silencieuses. En théorie, Mistinguette se lèvera comme une fleur à 6H45, soit en même temps que son réveil-lapin, et Pimprenelle vingt minutes plus tard, toutes les 2 souriantes et merveilleusement reposées. (La théorie est toutefois un concept très abstrait chez nous).

6h13 Je ne sais pas comment, mais je suis debout. (Enfin debout, tout est relatif. Disons que je suis hors de mon lit).

6H14 Mistinguette sort très discrètement de son lit, traverse le couloir en parlant haut et fort et trainant derrière elle Doudou Lapin, deux poupées et plusieurs peluches, puis débarque toujours aussi discrètement dans ma chambre, les yeux à moitié fermés, pour me lancer un tonitruant : « Biberon de lait ! ».

IMG_0275

S’en suit un dialogue un peu confus que je tente de rendre éducatif, constructif, et surtout très calme  (mais je t’avoue tout de suite, c’est le plus souvent un échec ) :

MOI (debout donc, mais techniquement pas encore vraiment opérationnelle): Le petit lapin du réveil est déjà réveillé ?

MISTINGUETTE  Jesaispasbiberondelait !

MOI (croyant toujours au miracle) : Si tu veux voir les dessins animés, tu le sais, il faut que tu retournes faire un tout petit dodo jusqu’à ce que le lapin du réveil soit réveillé . Et comme ça, tu seras en super forme pour l’école et je pourrai prendre ma douche tranquillement

MISTINGUETTE :  Jeveuxpasvoirlesdessinsanimésjeveuxunbiberondelaiaiaiait.

MOI (renonçant à la première négociation perdue d’avance et attaquant la deuxième) : Je vais d’abord prendre ma douche et puis je fais ton biberon…. ?

MISTINGUETTE  (mais de qui cet enfant tient-elle cet esprit buté ?) Biberondelaittoutdesuite  (puis dans un sursaut de politesse bien nécessaire pour me convaincre de si bonne heure) s’il te plait Maman…

(Par honnêteté intellectuelle, je te dois un aveu. A cette étape,  je craque tou-jours. Bien sûr, il y a mon état de conscience encore très approximatif. Mais il y a surtout cette petite bouille de saut du lit, toute pleine de dodo, les petits cheveux en bataille… Il y a le gros bisou, et puis cette collection de poupées et de doudous…  Donc, je craque et file fissa lui faire son biberondelait sans broncher (ou alors juste un peu).)

6H16 Réalisation approximative du biberondelait et du biberon de Pimprenelle (qui ne devrait plus tarder là, vu le niveau sonore de la négociation sus-mentionnée)

6H18 Renversement du biberondelait sur le carrelage de la salle de bain par moi-même – étouffement de juron – nettoyage (toujours approximatif, je ne suis donc pas du matin je te disais)- commentaire de Mistinguette  « je vais te faire un bisou magique Maman et ça va aller mieux ». Bisou magique.  Deuxième réalisation du foutu biberondelait (ça s’arrête à quel âge, les biberonsdelait ???)

6H20 Je suis dans ma douche. Le monde peut s’écrouler, je n’en sortirai sous aucun prétexte.

6H23 Après être sortie et re-rentrée 2 fois de ma douche (oui, toujours cette histoire de théorie et de pratique…), je sors définitivement de ma douche, car Mistinguette est maintenant en train de sauter sur mon lit en expliquant à ses copains imaginaires comment faire du trampoline pour toucher le plafond.

6H25 Je réussis à atteindre ma penderie, en enjambant des montagnes de livres et de jouets. Mistinguette demande aux amis imaginaires de se calmer car elle va leur lire un livre. Puis elle me demande de fermer la porte de ma penderie car les amis assis tout au fond de la classe ne voient pas le livre.

6H27 J’ai réussi à m’habiller. (Enfin si on considère qu’être en soutien et en jean c’est être habillée). Pimprenelle hurle dans son lit (Mon Dieu, depuis combien de temps ???)

6H28 Mistinguette est arrivée avant moi, elle explique à sa sœur que je vais arriver, et que tout va bien  et que sa mère indigne ne l’a pas entendue, trop occupée à se prélasser sous sa douche. Pimprenelle se calme dans mes bras (et essuie au passage ses larmes et son nez sur mon épaule, je remercie Sainte MAMA, patronne des Mamans Guerrières, d’être toujours à moitié à poil, et de ne pas avoir eu encore le temps d’enfiler ce ravissant petit pull prévu aujourd’hui, blanc immaculé – oui, j’aime ajouter un peu de piment dans ma vie de Maman Guerrière).

IMG_0283

6H29 Je commence à donner le biberon à Pimprenelle. Je sens que je vais rater le flash radio que ma conscience professionnelle m’oblige à écouter.

6H31 Pimprenelle boit goulûment son biberon. Je viens donc de rater le flash de 6H30.

6H35 Le biberon se poursuit. Cela met du temps car à côté, Mistinguette chante à tue-tête « Amournumérounnnnnn c’est l’amour tu m’aimes… » , et à chaque envolée lyrique, Pimprenelle arrête de boire et me regarde en fronçant les sourcils.

6H36 Mistinguette, toujours en pyjama, débarque dans la chambre de Pimprenelle, sur laquelle elle se jette pour lui « faire un gros câlin » qui ressemble plutôt à une prise de judo. Pimprenelle, jusque là tout sourire, éclate en sanglots. Mistinguette aussi.

6H39 Toujours à moitié habillée, assise par terre, mes deux filles dans les bras. Je me suis embarquée dans une explication très approximative du cycle de la pluie et des nuages (mais comment j’en suis arrivée là ?). Mistinguette m’interrompt d’un très efficace « Maman, pourquoi tu as pas de tee-shirt? »

6H40 Je me lance dans l’habillage de Pimprenelle. Mistinguette a absolument besoin de 2 mouchoirs pour Grande Poupée.

IMG_0277

6H49 Pimprenelle a un lange propre, un pantalon propre et un tee-shirt propre. Son nez est propre. Ses joues sont propres. Ses mains sont propres. Tout ça ne va pas durer très longtemps, je le sais.

6H50 Coup d’oeil à ma montre. Je suis formidablement dans les temps ce matin (me dis-je soudain très optimiste).

6H51 Je réintègre ma chambre, dont le sol est recouvert de minuscules morceaux de mouchoirs, que Mistinguette s’applique à déchirer pour faire des « spararas » à Grande Poupée qui a trèèèès mal. Je râle, mais en profite pour entamer une séance maquillage. Pimprenelle est assise sur le tapis de la salle de bain avec un demi-kilo de jouets de bain sur les genoux. Mistinguette tourne autour de mon tiroir make-up en me demandant si elle peut avoir « un pinceau ». Toi, tu vois déjà tous les dangers de cette scène. Moi, pas. Donc je me lance dans cette séance de maquillage très risquée (j’aime le risque, je l’ai déjà dit ?) mais indispensable, car, maquillée, on m’appelle encore Mademoiselle (malgré mon alliance, mes cernes post-accouchement et mes (oui oui) premières rides d’expression) alors tu imagines sans maquillage. Je pense qu’on m’arrêterait dans la rue pour me demander où est ma maman et ce que je fais toute seule dehors.

IMG_0281

6H52 Pimprenelle a réussi à vider le contenu d’un canard en plastique rose (soit un demi-litre d’eau) sur ses genoux. Tandis que Mistinguette farfouille (vision d’horreur)  dans mes palettes Chanel pour trouver « du maquillage pour Grande Poupée ».   J’ai réussi à mettre du fond de teint et du blush, et je suis très fière.

6H53 Mistinguette a fait pipi (à côté) du pot. Son pyjama est mouillé. Elle veut s’habiller « tout de suite Maman s’il te plait ». Je nettoie le sol des toilettes. (Après celui de la salle de bain donc il y a quelques minutes. A ce rythme-là, je vais bientôt devoir donner son C4 à ma femme de ménage).

6H57 Je menace Mistinguette de  ne plus jamais lui donner de biberon si elle ne vide pas son biberondelait immédiatement (menace complètement fausse, et elle le sait très bien), et je m’embarque dans une nouvelle explication très hasardeuse sur les enfants qui ne mangent pas à leur faim, mais je m’arrête avant la fin car je me dis que c’est pas super éducatif, en fait.

6H58 Mistinguette me répond timidement que le biberondelait est froid maintenant. Je me dis que je ne dois pas rater le flash de 7h. Au moins.

6H59 Je tente une nouvelle association de tâches : mettre du mascara et des chaussettes en même temps, tout en expliquant à Mistinguette comment enfiler un polo. C’est un échec total.

7H01 Mistinguette a enfilé son polo (non sans mal). J’ai une sorte de couche de mascara sur les cils. J’ai des chaussettes (pas tout à fait raccord, mais personne ne le verra. En théorie du moins). Pimprenelle a vidé le contenu d’un deuxième canard, rouge cette fois, sur ses genoux. Et je viens de rater le début du journal de 7h.

7H04 Petit bilan de cette première heure. En fait… on est nulle part. Je suis pas coiffée. Pas totalement maquillée. Et toujours en soutif. Mistinguette a un polo (c’est déjà un exploit). Je dois changer le pantalon de Pimprenelle. Ma délicieuse avance semble soudain fondre comme un Chokotoff au soleil.

7H10 Prise soudain d’un élan d’efficacité, j’ai terminé ma séance make-up (bon ok, en fait, j’ai juste refermé le tube de mascara sur lequel Mistinguette lorgnait depuis deux bonnes minutes maintenant), j’ai enfilé mon ravissant pull blanc. Pimprenelle a un pantalon sec. J’ai même réussi à re-transformer le trampoline en lit. J’ai coupé la radio (de toute façon, à quoi bon espérer entendre quelque chose). Les canards sont à nouveau dans leur mare.

7H11 J’entame la 3ème grande négo du petit matin : l’habillage de Mistinguette qui est en train de « peindre » Grande Poupée avec un pinceau et … OH Non, je rêve, mais c’est mon blush Chanel là ?

7H13 La négo est toujours en cours. Extrait.

MOI (pas très convaincante) : Bon, on s’habille maintenant?

MISTINGUETTE (pas vite gênée) Attends Maman !

MOI ( tout doucement exaspérée) Attends quoi ?

MISTINGUETTE (très concentrée soudain) Attends,  je termine de peindre Grande Poupée, parce qu’elle a très mal, elle doit être soignée, parce qu’elle est tombée en fait, et Mimi ( l’autre poupée star de la maison) l’a poussée, et je l’ai punie, mais elle pleure et …

MOI (tentant une approche) Ah oui, elle a l’air d’avoir mal, tu la soignes très bien. Mais je pense que Grande Poupée a envie de voir comment tu t’habilles.

MISTINGUETTE (pas dupe) Non attenenenenends, Grande Poupée a encore mal, je peux pas m’habiller maintenant, tu vois, Grande Poupée elle est triste et …

MOI (tentant une pseudo communication non-violente) Ecoute, je vois que tu n’as pas envie de t’habiller et que tu as envie de jouer, mais moi j’ai besoin que tu t’habilles et … euh… l’heure tourne et j’aimerais qu’on arrive à l’heure à l’école et au travail, et donc je voudrais que tu m’aides en t’habillant.

Long silence de Mistinguette. Je vois ses méninges qui tournent. Puis :

MISTINGUETTE  (tentant un baroud d’honneur) D’accord, mais d’abord je termine de soigner Grande Poupée.

MOI (plus du tout en mode communication non-violente) NON on s’habille maintenant !

Mistinguette tente alors une technique maintes fois testée et manifestement approuvée : elle se jette sur son lit, sur le ventre, et ne bouge plus.

MOI (vraiment désespérée et tentant la technique la plus intellectuellement malhonnête mais la plus efficace de toutes : le faux choix) Bon écoute, soit tu t’habilles maintenant avec moi, soit tu t’habilles toute seule et moi je descends avec Pimprenelle…… Qu’est-ce que tu choisis ?

 

 

7H15 Nouvelle négociation pour le brossage des dents. (enfin brossage de dents. Je devrais dire Machouillage d’une brosse à dent recouverte d’une épaisse couche de dentifrice goût fraise)

IMG_0282

7H18 Pimprenelle est toute rouge. Je pense que c’est une alerte popo.

7H21 Je rattache le body et remets le pantalon de Pimprenelle. Fausse alerte.

7H23 Nous sommes au milieu des escaliers. Pimprenelle dans mes bras. Grande Poupée dans mes bras. Mimi dans mes bras. Les deux biberons dans mes bras. Le pull de Mistinguette dans mes bras. (Oui, j’ai beaucoup de bras). Mistinguette me suit, Doudou Lapin aussi (et il fait au passage les poussières de l’escalier. Penser à prévenir la femme de ménage de ne pas venir cette semaine). Mistinguette s’écrie soudain « Maman, on a oublié le doudou chat ». J’abandonne toute négociation. Je remonte récupérer ce doudou chat que je mets 2 minutes à retrouver. Il est roulé en boule au milieu des canards en plastique.

7H27 Par je ne sais quel miracle mes deux filles sont assises à la table du petit déjeuner. Elles ont l’air propre et sont même … de bonne humeur. Tout arrive. Je vais peut-être même réussir à ne pas être en retard.

7H29 Je renonce à allumer la radio pour le flash de 7H30. Je sors les tartines (préparées la veille, oui, je suis en théorie bien organisée). Je prépare mon citron pressé (étape non-négociable de mon marathon matinal) et mon thé vert.

7H31 Mistinguette n’a pas encore mordu une seule fois dans sa tartine au Kiri « parce qu’il y a des croutes, en fait ». Pimprenelle, elle, en est déjà à sa troisième croute. (Et a semé un kilo de miettes à ses pieds).

7H32 « Maman, je veux un yaourt ».

7H34 Mistinguette plonge une première fois sa cuillère dans le yaourt aux fraises (bio s’il te plait), le renverse à moitié sur la nappe (et sur ses genoux, donc le pantalon n’est déjà plus propre), puis décrète qu’elle n’aime pas du tout le yaourt aux fraises. La minuterie de mon thé sonne. Pimprenelle a jeté sa croute par terre et re-devient toute rouge.

IMG_0284

7H37 Pimprenelle se met à battre des pieds et à pousser des grands cris. Une pie s’est posée dans le jardin pour picorer les miettes de pain (ben oui, avec notre production quotidienne de miettes et de restants de croutes en tous genres, on nourrit tous les oiseaux du quartier). Tout s’arrête. On se met à parler tout bas comme si l’oiseau pouvait nous entendre et s’envoler.

7H39 Je mords une première fois dans ma tartine au Kiri. (Ou était-ce celle de Mistinguette ?) Mon thé est trop chaud pour être bu tout de suite.

7H42 Mistinguette descend soudain de sa chaise, en un bond, se fait un peu mal au dos au passage et chouine 20 secondes, puis part à la recherche du bocal à escargots inauguré la veille. Pimprenelle chantonne. J’en profite pour avaler une nouvelle bouchée de ma tartine. Mon thé est toujours trop chaud.

7H43 J’ai encore 10 minutes devant moi. Le lave-vaisselle est propre et me lance des regards subliminaux comme le serpent du Livre de la Jungle « vide-moiiiii vide-moiiiii ». Très fière à l’idée de réussir à vider un lave-vaisselle avant de partir à l’école, je me lance dans le défi, tout en terminant ma tartine au Kiri. Mistinguette veut absolument participer, ce qui ralentit fortement l’affaire.

photo 1

7H45 Un verre m’échappe des mains. Explose par terre. Mistinguette veut m’aider.  Je pousse des grands cris pour qu’elle recule.

7H47 Je remonte à la salle de bain chercher un sparadrap car je suis toujours incapable de ramasser un verre cassé sans me couper au passage.

IMG_0287

7H49 Mistinguette ne retrouve pas le deuxième escargot. Le tout gros et tout gluant. Manifestement, il a réussi à se faire la malle, malgré mon ingénieux système de couvercle. On le cherche à quatre pattes sous la table du salon. Mistinguette « Tu le vois Maman ? Un escargot… Avec une coquille… »

7H50 toujours aucune trace de l’escargot. Mistinguette « Il est parti faire des courses ». Pimprenelle me rappelle qu’il y a une alerte popo en court depuis 10 minutes. Ma montre me rappelle qu’il devient urgent d’activer la phase « Enfilage de manteaux/écharpes/bonnets/chaussures ».

7H53 Je remets le pantalon de Pimprenelle (pour la 4ème fois de la matinée donc) couchée sur la table de la salle à manger (oui, je sais, c’est pas une table à langer, mais bon) et en profite pour lui mettre déjà son manteau. Cela ne lui plait pas vraiment. Pour me faire pardonner, je lui fais faire un tour d’avion, à la manière de SuperChéri. Elle me remercie en régurgitant sur mon pull (tu sais, ce ravissant pull blanc immaculé).

7H54 Je frotte comme une forcenée sur mon épaule droite, ce qui ne sert absolument à rien, tout en demandant à Mistinguette de mettre ses chaussures. Mon thé doit être à parfaite température maintenant.

thé2

7H56 Mistinguette chouine car « c’est duuuur de mettre les chaussuuuures ». Normal, elles sont à l’envers. Je les enlève. Elle part en courant chercher l’escargot. Je lui cours après en tentant de me fâcher, avec les chaussures en main. Pimprenelle émet quelques protestations dans son maxi cosy pour me dire qu’elle a trop chaud. (oui, cela commence à devenir très folklorique cette affaire).

7H59 Mistinguette a son manteau sur le dos (avec l’escargot dans sa  poche, j’ai abandonné toute négociation et ai tout de suite crié OUIOUIOUIBIENSUR quand elle m’a demandé s’il pouvait l’accompagner à l’école. – L’urgence te fait parfois faire ou dire des choses complètement absurdes) Elle a des chaussures au pied et semble coiffée. Pimprenelle est toute engoncée dans son anorak, dans le maxi cosy, à mon bras. (Ca pèse une tonne ces machins-là). Je porte aussi mon sac à main, le cartable de Mistinguette, celui de Pimprenelle, Grande Poupée, mon thermos de thé, le restant du petit déjeuner que  je n’essaie même plus de terminer à la maison, un biberon tiède et mon téléphone relié encore à son chargeur.  Je ne sais pas comment, mais je réussis à passer la porte.

8H00 Je suis en train de rater le début du flash de 8H.

8H01 J’ai fini de gratter le pare-brise et les vitres  gelés, pour la plus grande joie des filles qui me font des grands sourires à l’intérieur de la voiture.

8H02 Je démarre la voiture. Mistinguette hurle qu’elle a oublié Doudou Lapin à la maison. J’hésite. Arrête le moteur. Sors de la voiture. Ouvre la maison. Cherche le Doudou Lapin en bas. Le trouve en haut. Referme la maison. Retourne dans la voiture. Démarre enfin.

8H04 Je me rends compte que Mistinguette ne porte pas de chaussettes. Je tente de rectifier le tir. En roulant.

8H05 Je donne la fin du biberon à Pimprenelle. Toujours en roulant. (et que la Maman Guerrière qui n’a jamais fait ça me jette la première boite de Nutrilon.)

8H07 Coincée en plein embouteillage, je suis en train d’expliquer à Mistinguette que l’avion est en phase d’atterrissage, quand elle s’écrie soudain « Maman, l’escargot sort de ma poche ! »

8H09 Toujours à l’arrêt, on chante à tue-tête en frappant dans les mains. Pimprenelle a-dore. Les autres automobilistes moins.

8H11 Mistinguette lance un « Allez les gars, avancez » aux voitures devant nous. Je me dis que cette petite fille passe beaucoup trop de temps avec sa mère dans les embouteillages.

8H14 Je raconte pour la troisième fois le déroulement de ma journée à Mistinguette et Pimprenelle (qui commence à piquer du nez).

8H16 Mistinguette me demande de « raconter ». J’entame donc une visite guidée du quartier, toujours derrière mon volant :  » là à droite, ce sont des travaux. Tu vois le bâtiment est en train d’être construit, à gauche c’est un home, il y a des vieux monsieurs et de vieilles madames ». S’en suit une discussion existentielle qui en arrive à cette étrange question : « Maman, et les chaussures, elles vont aussi au ciel quand elles sont mortes? »

8H17 J’entends un tout petit peu d’infos à la radio. Je suis contente.

8H18 Je réalise que je suis super à la bourre (merci mon lave-vaisselle hypnotique). Je tente un créneau dans une minuscule place de parking juste à côté de l’école. Je finis par renoncer.

8H20 Je trouve une autre place. Tente une nouvelle manoeuvre. Je la réussis (mais non sans cogner un peu les voitures de devant et de derrière). Pimprenelle dort à fond. Mistinguette clignote. Je suis à au moins 3 km de l’école. A vol d’oiseau.

8H22 La poussette est montée (non sans mal, mais sache que je déteste les poussettes, donc je suis toujours de mauvaise foi quand je parle de poussette). Les deux filles sont installées sur ladite poussette qui grince et couine bruyamment pour se venger du mauvais traitement que je lui fais subir. J’entame le premier sprint de la journée. (Je dois te préciser que je suis tout sauf sportive. Et que mon meilleur temps en course, c’est 1H… pour faire un kilomètre et demi. (oui je sais, j’irais plus vite à pied).)

IMG_0942

8H24 Après un slalom géant entre des chiens, des enfants en trottinette et des parents à pied, trois montées et descentes de trottoir (et avec ma poussette, je déguste), un accident évité de justesse avec une poubelle, et un moment poésie pour regarder comme le ciel est beau (oui je sais faire de la poésie en courant, je suis une Maman Guerrière) je franchis la grille de la Meilleure Ecole du Monde , toute fière d’arriver bien avant que la sonnerie ne retentisse.

Je suis au bord de l’apoplexie.

8H25 La sonnerie retentit. (Ah Bon ? Déjà? )

8H27 Je démonte le maxi cosy de la poussette. (La Meilleure Ecole du Monde a eu l’excellente idée de construire sa cour de récréation sur 2 étages, et sans passerelle entre les deux). Je me munis du maxi cosy, du cartable et de la main de Mistinguette (je te rappelle que j’ai beaucoup de bras) :  « Allez. Viens. On. est. presque. arrivé. » (Oui, quand je cours, après, j’ai toujours besoin d’un peu de temps pour reprendre mes esprits – et mon souffle). On entame l’ascension de l’escalier. J’encourage Mistinguette à chaque marche, pour être sûre qu’elle ne décide pas soudain de faire marche arrière.

8H28 Mistinguette rate une marche. Tombe sur ses genoux. Son pantalon rose est désormais rose ET noir (aux genoux). Derrière nous, il y a une longue file de parents et d’enfants qui ne parviennent pas à nous dépasser.

8H30 Je sukkel toujours de mon sprint. Je tente donc de faire une phrase complète pour dire à Mistinguette d’enlever son manteau pour le pendre au crochet. Elle me demande si je peux sortir les escargots. (« Les? Je pensais qu’il n’y en avait qu’un? « ). Courageusement, je plonge ma main dans la poche. C’est gluant et visqueux. Un quart de seconde, j’ai l’impression d’être dans une épreuve de Fort Boyard. La bestiole résiste. Je finis par la sortir, triomphante. Mistinguette la prend et vient la brandir sous le nez de sa Madame qui manque de tourner de l’oeil. Je ne dis rien à personne sur le deuxième escargot toujours dans la poche.

8H32 Après deux bisous et quelques signes de la main (pincement au cœur), je repars en courant, mon maxi cosy sous le bras. Certaines mamans (probablement les Mamans Calmes de Florence Foresti) me regardent bizarrement. J’imagine qu’elles ont des matins plus cool que les miens.

photo 2

8H37 Re-sprint. Re-sukkelement. Re-démontage de poussette. Re-attachage de maxi cosy dans la voiture. Re-sourire à Pimprenelle. Re-embouteillages.

8H47 Je me gare devant la Meilleure Crèche du Monde. (Oui, malheureusement, la Meilleure Ecole du Monde et la Meilleure Crèche du Monde n’ont pas été construites côte à côte). Mais la Meilleure Crèche du Monde a TOUJOURS au moins une place de libre à proximité immédiate.

8H52 Passage de relai pour petite Pimprenelle entre mes bras et ceux de la Madame de la crèche. Deuxième pincement au coeur de la matinée.

8H53 Re-re-re embouteillages. Je me sens soudain très seule dans ma voiture.

8H59 Je franchis la porte du boulot. Triomphante. Rayonnante. Personne n’imagine les 3h de marathon que je viens de vivre. Mais qu’importe. Une fois de plus, le miracle a eu lieu.

9H10 Je plonge ma main dans mon sac pour sortir mon paquet de tartines non terminées. Et devine sur quoi je tombe? Ben oui, un gros escargot gluant …

 

Et toi, ils ressemblent à quoi tes matins?

 

 

 

 

 

 

Publicités

5 réflexions sur “Le grand départ (en fanfare) du matin

  1. Carine dit :

    Et maman guerrière a vécu tout cela en une seule matinée…. là on a cumulé …2 matinées en une seule !! Et en faisant en même temps des photos pour illustrer tout cela… trop forte maman guerrière !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s