Avant, j’avais des principes…

OU comment devenir Maman Guerrière t’a fait renoncer très rapidement mais très définitivement à toute une série de règles d’éducation et de principes auxquels tu tenais pourtant terriblement.

Le thème du mois d’octobre des copines  Belgo Mums, ce sont nos « fails » de Maman. N’hésite pas à aller faire un tour sur leurs blogs pour découvrir leurs boulettes à elles…

Mais tu le sais, si tu me lis parfois, je ne fais QUE te raconter ici mes « fails » de Maman, vu que je tiens à crier haut et fort que je ne suis pas une Maman Parfaite, et que d’ailleurs, les Mamans Parfaites, cela n’existe pas. (Non, désolée. Même la princesse Kate n’est pas vraiment parfaite. J’espère que tu ne m’en veux pas de casser un mythe.)

Je vais donc te parler ici de cette révélation qui nous tombe presque toujours dessus le jour où l’on devient maman, et qui justifie, à elle seule, tous nos foirages de Maman.

« Avant j’avais des principes, maintenant j’ai des enfants. »

Donc, avant, tu avais toute une série de principes… Et maintenant… tu es dans la vraie vie.

Avant tu étais un peu choquée par les mères qui donnaient des petits pots à leur bébé. (oui, avant, tu étais vite choquée).  Maintenant tu as compris que les petits pots (et tout ce qui s’en suit), c’est ce que les enfants ne recrachent jamais (même si tu n’en donnes qu’en cas d’urgence extrême, et toujours bio, histoire de soulager un peu ta conscience )

Avant tu avais juré tes grands Dieux que jamais ô grand jamais tu n’achèterais de jouet clignotant, de biscuit pré-emballé ou de culotte la Reine Machin Brol. Maintenant, tu craques parfois souvent … quasi tout le temps… non non, quand-même pas toujours … 

IMG_8286

Avant tu croyais dur comme fer que pour préserver ton couple après l’arrivée d’un bébé il fallait te ménager  du temps en amoureux : une soirée par semaine, un week-end par mois et une semaine par an. Maintenant, tu as découvert les tarifs des baby-sitters et l’angoisse de la séparation avec tes petits.

Avant tu disais avec un sourire narquois « moi, ja-mais mes gosses ne rentreront chez Mac Machin« . Maintenant, ben… tu fais plus de sourire narquois.

photo 2

Avant, tu répétais à qui voulait l’entendre « pas d’écran avant 3 ans ». Maintenant, tu te dis que 18 mois, c’est presque 3 ans non ?

Avant, tu disais que tes enfants iraient dormir tôt le soir sans te rappeler quatorze fois, et se réveilleraient tard le matin, attendant sagement dans leur lit  que tu te réveilles, en feuilletant  un livre, en silence. Maintenant, quand tu dors jusque 7H05 le dimanche, tu te dis génial, j’ai fait une super grosse grasse mat’.

IMG_8852

Avant, tu t’étais jurée de ne jamais devenir comme ces mères de famille nombreuse qui se baladent avec des gosses accrochés à chaque bras (et à chaque jambe), le cheveu douteux, le make up absent, l’épaule tachée, le sac à main débordant de langes (propres, en général) et de jouets ( qui font ding ding quand tu secoues ledit sac). Maintenant… ben… tu as juste appris à rester digne, malgré tout ça.

Avant, tu secouais la tête sévèrement face aux enfants hurlant dans les supermarchés devant les rayons critiques (c’est à dire la moitié du supermarché). Maintenant, tu fais des grands discours moralisateurs à tes gosses, tout en jetant  quand-même dans ton caddy les Gervais Mickey, le paquet de chokotoff et la brosse à dents rose-de-princesse-qui-brille.

Avant, tu te disais qu’avoir un enfant ne changerait rien à ta vie, que tu continuerais à faire du shopping, des restos entre copines, et des soirées jusqu’à pas d’heure. Maintenant, tu as compris qu’en fait, un enfant, ça change tout. Et tu as renoncé à essayer un pantalon slim dans une cabine surchauffée d’un demi-mètre carré avec un enfant chouinant de chaque côté du rideau ou jouant à faire coucou, histoire que tout le magasin puisse admirer ta ligne post-accouchement, tu as renoncé aussi aux restos entre copines où tu passes plus de temps à ramasser les jouets (clignotants donc) tombés sous la table, à fourrer tout ce qui est mangeable dans la bouche de ton marmot affamé par l’odeur alléchée, et à dire « attends, Maman parle avec ses copines ». Et enfin, tu as renoncé, surtout, aux soirées jusqu’à pas d’heure, à cause des réveils aux aurores le lendemain…

IMG_6005

Avant tu te disais que jamais tu ne prendrais de grosse voix, ne ferais de chantage au dessert ou ne menacerais de te fâcher très fort. Car tu étais ab-so-lu-ment convaincue que TOI tu serais la reine de la communication non violente et de l’éducation positive et surtout que tes enfants seraient tellement adorables que tout cela ne serait même pas nécessaire. Maintenant, ben… tu fais comme tu peux…

IMG_8374

Avant, tu ne comprenais pas ces mères qui reniflaient publiquement le lange de leur rejeton pour savoir s’il était sale. Maintenant, tu le fais tout le temps, et en plus te te surprends à commenter à haute voix son contenu.

Avant, tu ne comprenais pas les jeunes mamans en congé maternité qui assuraient ne pas avoir le temps de prendre une douche tranquillement. Maintenant, tu as découvert les joies de la douche interrompue dix fois et le shampoing sec.

Avant, tu te disais que l’essentiel était de garder beaucoup de temps pour soi, pour s’occuper de son jardin secret, de sa féminité, de son moi intérieur, et tout le brol. Maintenant, tu te sens hyper épanouie quand : tu parviens à mettre deux couches de vernis en suivant ET à le laisser sécher; tu sors de chez toi après 20h (et sans enfant, sinon ça compte pas); tu lis plus de trois pages de roman d’affilée (et d’une traite, sinon ça compte pas non plus) ; tu termines ton thé (et il n’est pas froid).

IMG_8866

Avant, tu t’étais jurée de ne jamais parler publiquement de rots, de coliques, de vomi, de marques de biberons anti-régurgitation, de crevasses aux seins, de trucs pour faire partir les tâches de popo. Maintenant, quand tu vois une autre mère, tu ne parviens pas à parler d’autre chose. (pire, tu en as même fait un blog).

Avant, tu te disais que quand on devenait maman, on devait certainement aimer ses enfants de tout son coeur. Maintenant, tu as découvert combien cet amour est immense, vertigineux et plus fort que tout ce que tu avais jamais pu connaitre jusque là…

Et tu te demandes comment tu faisais, avant, quand tu avais des principes…

IMG_6956

Publicités

12 réflexions sur “Avant, j’avais des principes…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s