Mon traumatisme du body manquant

OU Pourquoi il faut TOUJOURS avoir un body et un sac plastique  dès que tu franchis le seuil de ta maison avec un moins-de-2-ans.

(Avertissement : ce post n’intéressera QUE les jeunes parents qui se sentiront probablement moins seuls dans leurs mésaventures pipi-popo. Quant aux autres, si tu n’as pas ou plus de moins-de-2-ans, cet article ne te fera pas du bien, car soit il te rappellera de mauvais souvenirs, soit il te fera hésiter à mettre en route un projet bébé. Donc à tes risques et périls.)

Et tout d’abord, une petite remise en contexte. Je n’aime pas les sacs à langer. Je trouve ça pas pratique, super encombrant et … en fait j’ai jamais compris le concept. Je préfère encombrer mon sac à main d’un kit urgence popo, et cela me suffit amplement. Enfin en général.

Il était une fois Klet Mariette qui arrive en voiture chez son super ostéo. J’ai rendez-vous dans 3 minutes pour Pimprenelle, 3 mois. Elle babille dans son maxi cosy, elle me décroche un sourire ravageur, genre « Maman, t’es trop belle ». Et genre je craque. Mais ce moment de douce harmonie s’arrête net.

J’entends soudain un ENORME bruit que même les non-initiés n’auront pas de mal à interpréter (faudra d’ailleurs qu’on m’explique comment de si petites et adorables créatures peuvent faire des bruits aussi énormes). Et puis re-sourire.

Encore naïve à cette époque, je me dis qu’elle a fait un petit popo. Tu parles !  Un petit popo?  Je la sors de son maxi et là, vision d’horreur. ll y en avait partout. Du popo de bébé allaité, c’est jaune or et ça sent presque bon, tout sucré, mais il y en a partout partout partout. Ca déborde du Pampers dans tout son dos, jusque dans son cou. Et bien sûr, c’est une loi universelle, je n’avais justement pas de vêtements de rechange avec moi ce jour-là, me disant trop sûre de moi « pfffffff, je pars une demie-heure pour aller chez l’ostéo, à quoi bon trimballer toute sa garde-robe ».

Coup d’oeil terrorisé dans ma voiture à la recherche d’une solution, j’ai juste un tetra qui traine. Je le prends, et rentre dare-dare chez mon super ostéo.

tetra

Premier problème, sa salle d’attente hyper feng shui n’a ni table basse, ni chaise. Juste une banquette de béton avec quelques coussins. Je n’ai pas le choix : je me saisis d’un des coussins pour l’utiliser comme table à langer. (Et super ostéo si tu me lis,  tu as donc enfin percé le mystère de cette étrange tâche sur l’un des coussins…)

MAIS une fois que tu as enlevé les habits jaune or, que tu as lavé l’ensemble, dans le micro lave-main des toilettes de ton ostéo, tu en fais QUOI? Je préfère ne pas me remémorer ici ce que j’ai dû faire de la petite boule d’habits trempés. (Merci une fois de plus, fidèle sac à main)

Bon, ma Pimprenelle est propre mais … toute nue ou presque. Heureusement on est en plein été, mais bon… Je réussis donc tant bien que mal  à l’emmaillotter avec ledit tétra.

 Mon super ostéo étant super super (je l’ai déjà dit?), il m’a fait un petit sourire genre « oui je connais les urgences popo, même si ma femme ne sortait jamais sans un sac à langer et n’avait donc jamais de problème de change».

Moralité numéro 1 de cette histoire : Il ne suffit pas d’avoir un lange et des lingettes, il faut aussi un body de rechange et un sac en plastique, qui, à défaut, pourra aussi te servir de sac à vomi pour l’aînée. (et donc oui, je me rends mieux compte de l’utilité du sac à langer…)

Mais mais mais mon histoire n’est pas terminée (comme dirait Jeanne Ashbé). Car les langes à débordement, j’en ai eu des tonnes (chez moi heureusement). Tu te retrouves à laver à la main des bodies jaune paille comme du temps de nos Mamys chéries (et alors que tu as une machine à laver dernier cri). Le secret d’ailleurs pour que le body jaune redevienne blanc, c’est le savon à la fiel de boeuf, ça marche du tonnerre, à condition d’y mettre un peu d’huile de coude.

savon

Un jour, j’en ai eu vraiment ras-le-lange d’acheter la roll royce des couches et de me retrouver une fois sur deux à faire la moitié de ma lessive à la main pour cause de fuites permanentes. J’ai donc pris mon clavier pour écrire à Pampers.

« Cher Monsieur Pampers,  blablabla des années que j’achète vos produits sensés être les meilleurs du marché blablabla fuites jusque dans le dos blablabla dois faire ma lessive à la main blablabla vraiment ras-le-bol blablabla »

Et Monsieur, ou plutôt Madame Pampers m’a répondu. Elle m’a posé des questions, m’a demandé de la rappeler et m’a finalement proposé un dédommagement de 40 euros, non pas en bon d’achats mais en liquide… (si je peux dire). C’est une stratégie marketing comme une autre, on est bien d’accord, mais cela m’a tout de même consolée.

pampers-cruisers1

Moralité numéro 2 de cette histoire : Même face aux grands méchants géants de la distribution, tu dois faire entendre ta voix de Maman Guerrière frustrée… ça paye parfois !

Et toi, tu la vis comment ta relation avec les langes de tes enfants ?

 

Publicités

Une réflexion sur “Mon traumatisme du body manquant

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s