2 ans plus tard …

OU quand la vie te bouscule, passe, et te fait de jolis clins d’oeil, un peu plus tard.

Tu en es drôlement fière, de ton cadeau en carton. Tu l’as promené partout dans la maison. Rayonnante, comme toujours ma Pimprenelle. Pour tes « deussanscommeça ».

Ce sont les copains de la crèche qui l’ont bricolé, affairés, appliqués.  Des gommettes qui restent collées aux doigts, les deux bougies trop vite soufflées, alors pour toi on frappe deux fois. Des miettes de cake au chocolat partout par terre.

Moi, ce cadeau, en secret, il m’a bouleversée. Car la coïncidence était si belle…

Une grande lettre en carton, comme une toute petite clé dans mon coeur.

Il y a 2 ans tout juste. Mon ventre énorme, toi tout au chaud dedans, pour encore quelques temps. Et puis non, finalement, tout arrive plus vite, trop vite.

Et ma culpabilité, immense.

Et toi, si belle, si douce, déjà si lumineuse.

Et les médecins, toujours plus prudents, à surprotéger, à ne pas écouter l’instinct et le coeur d’une maman. A te relier à des monitorings, à te gaver de mon lait.

IMG_1413

L’observation devint hospitalisation. Ta lumière s’est mise en veilleuse. Et Mistinguette n’en pouvait plus d’attendre notre retour.

Cette attente qui semblait durer mille ans.

Et mes larmes, et les hormones qui bouillonnent.

Le combat heure par heure pour que tu boives rien qu’un peu, un tout petit peu. Pour te garder éveillée. Mon angoisse d’être finalement mise à la porte sans toi.

Ce plan, que j’avais échafaudé au cas où, durant mes nuits hachées à guetter tes soupirs : un matelas sur le palier, dans les escaliers, ou même sur  le toit de l’hôpital.  N’importe quoi, n’importe où, plutôt que m’en aller loin, chez nous mais sans toi.

IMG_0041

Et ces parents de bébés encore plus minuscules, parfois en danger. Leur courage, spectaculaire. Leur émotion, immense. Leur combat, à bout de souffle, à bout de coeur.

Et ces infirmières qui se relaient, qui éteignent les alarmes, qui écoutent les larmes, qui donnent du lait goutte à goutte, qui emmaillotent doucement. Qui espèrent tout haut. Qui rassurent, au coeur de la nuit noire.

Cet univers secret dont j’ignorais tout jusqu’alors. Un monde de tendresse chuchotée, d’angoisse infinie. Et cet espoir, chaque matin, blanc et clair comme le jour qui se lève.

Et ces mamans qui revenaient au chevet de leur petit, avec les minuscules bouteilles de leur lait, récolte de leurs nuits blanches.

Chaque jour, à chaque repas, je descendais en pyjama dans ce petit restaurant  qui fleurait doux le chocolat et la bienveillance.

Derrière le comptoir, accroché sur un présentoir, il y avait ce petit cadeau que je m’étais promis de t’offrir le jour où on sortirait.

IMG_1802

A chaque repas, il était là, fidèle au poste, minuscule phare dans ma tempête, à clignoter, pour me rassurer que la vie finirait bien par commencer vraiment.

Que la vie finirait par reprendre son cours, pour moi, et pour toutes les autres mamans qui devaient se battre encore plus fort. Tellement plus fort encore.

Mes héroïnes. Je repense parfois à elles, à leurs petits, à ces débuts chaotiques. Nourris de tant d’amour.

Ma Pimprenelle, ma douce impatiente, ma lumineuse surprise, notre combat était bien plus modeste, et je ne réalisais pas encore qu’il me faudrait tant de temps pour le digérer, pour me pardonner de n’avoir pas pu t’offrir de plus joli début dans la vie.

Et puis il y eut matin-là. Ce merveilleux matin-là. Je me souviens de chaque minute, du soleil qui inondait tout. De la joie de la tribu qui avait tant attendu ton retour.

Et de mon émotion, infinie.

Avant de quitter l’hôpital, je suis allée l’acheter, enfin, ce fameux petit cadeau. Qui avait comptabilisé chaque heure de mon attente fiévreuse, qui m’avait promis un épilogue heureux.

Je n’ai pas dû le payer : de l’autre côté du comptoir, il m’a dit « c’est cadeau », parce qu’il savait ce que cela représentait.

IMG_1799

2 ans plus tard,  il est toujours dans ta chambre…

Et désormais donc, il a son alter égo.

IMG_1754

Cadeau de carton, ignorant qu’il signifierait tellement pour moi. Plus coloré, moins parfait, mais tellement plus grand…

Comme une boucle qui se boucle, et toi qui as si joliment grandi…

Comme la vie qui nous surprend, qui bouscule tout, qui nous emmène là où on ne l’attendait pas …

IMG_1803

 

Et qui finalement, d’une façon ou d’une autre, finit par triompher…

IMG_1807

Toujours…

IMG_1806

Publicités

9 réflexions sur “2 ans plus tard …

  1. belleginette dit :

    Magnifique ! À te lire mon coeur se serre d’émotion ❤️
    Je ne connais pas ce monde que tu décris avec beaucoup de tendresse toi aussi. Quel Beau temoignage d’espoir pour toutes les mamans amenées à vivre cette épreuve un jour. 😘

    J'aime

  2. Cheesecake dit :

    Merveilleusement décrit… On n’oublie jamais mais en effet, la vie nous offre de beaux cadeaux !
    Ma 2e est née à 35 SA à cause de la grippe, hémorragie et césarienne en urgence, on m’avait prévenue que selon son état, on la transportait « ailleurs », je n’ai eu droit qu’à une « semaine  » en néonatalogie sans pouvoir la toucher mais ça a suffi pour me « traumatiser » à vie. Elle a 18 ans à présent et va merveilleusement bien, elle a réussi hier sa 1ère année de fac brillamment.
    Pour mon 3e, hémorragie à 6 mois, hospitalisée et perfusée 2 mois, né à 8 mois. J’ai donc échappé à la grande prématurité encore mais que d’angoisses…
    Il a 16 ans et je le regarde encore parfois en me disant, « Oui il est bien vivant « , tellement j’ai eu peur de le perdre !
    Pour la 4e, 8 mois allongée avec saignements et une petite merveille de 7 ans à présent.
    Culpabilité, tu disais ?… 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s