Cher Saint Nicolas (# Belgo Mums)

OU tout ce que je voudrais te demander aujourd’hui, maintenant que je suis grande, parait-il..

Si tu les avais vus, Saint Nicolas.

Tellement appliqués. Des traces de marqueurs sur les doigts. A chercher l’inspiration en suçotant leur crayon.

img_0430

Certains savaient tout de suite, d’autres cherchaient en fronçant les sourcils.

img_0427

Mais au final, ils l’ont tous écrite, leur lettre.

img_0419

Il y a de la « Reine de Neige » dedans, du Peppa Pig, des duplos comme quand j’étais petite. Il y a des jeux vidéos dont je connais rien. Il y a des chaussures de foot et des maillots de joueurs dont les noms m’échappent. Il y a des poussettes de poupées, des livres d’un petit sorcier. Et entre les lignes, tellement plus que des jouets.

Moi aussi, Saint Nicolas, j’ai écrit ma lettre. Je l’ai mise devant la cheminée, avec celles des enfants. Moi j’étais dans le clan de ceux qui savaient tout de suite ce qu’ils voulaient.

Une journée au spa. Des heures de baby-sitting, beaucoup d’heures de baby-sitting. Des trucs de fille. Du thé. Des serviettes rayées. Du parfum.

La nuit dernière, tu es venu chercher nos lettres. Tu as laissé des bonbons pour les enfants, des nics-nacs pour Pimprenelle (parce que sa mère psycho-rigide refuse de la voir manger des bonbecs à 18 mois)  et du chocolat pour moi, parce que les chiques, moi, j’aime pas ça.

img_0477

Et ce matin… Comme quand j’étais petite. Me réveiller et trouver des surprises devant la cheminée. A ne pas réfléchir trop longtemps pour savoir comment tu fais pour atterrir pile sur le toit, pour passer dans une si petite cheminée avec ta si grande mitre, pour pas salir ton beau manteau rouge, pour visiter tant de maisons avec un seul âne et ton grand âge, en une nuit à peine.

img_0486

A l’époque, quand j’ai eu, d’un coup sec et brutal, la réponse à toutes ces questions que je ne voulais pas trop me poser, et qu’une copine qui ne rêvait déjà plus me l’a déballée tout de go, mon enfance a perdu quelques plumes. A l’intérieur, il y a eu des larmes et des rêves qui ont fané, comme les ballons d’anniversaire flétris qui n’ont plus assez d’air pour voler.

Tu as tourné les talons de tes bottes, remballant tes chiques et tes claques dans ta hotte, prenant sous le bras ton âne, ton père Fouettard, et ta crosse clinquante.

Tu es parti vers d’autres enfants, sans te retourner vraiment.

Et tu m’as beaucoup manqué pendant toutes ces années. Même si c’était hier encore. Ta mitre bien plantée, ta crosse sur le côté, ta barbe au vent. Ton petit signe bienveillant, avec cette grosse bague rouge sur tes gants blancs. Toi qui savais tout, qui étais partout. Et qui rendais possible tous nos rêves, gardien de nos imaginaires, de nos ciels, de nos fantaisies. De notre insouciance folle.

img_0450

Quand je suis devenue une grande madame, et qu’on a construit notre maison du bonheur, on l’a bâtie autour d’une cheminée. Pour réchauffer les joues et les sourires en hiver.  Pour donner un coeur qui palpite à notre chez-nous. Mais aussi pour toi, Saint Nicolas. Pour que tu puisses venir déposer, au milieu des poupées, des jeux vidéos, des mandarines et des duplos, des rêves encore plus grands de chevauchées fantastiques sous les étoiles, de voyages à dos de nuage, d’usines de massepain et de joyeuses bandes de lutins.

Et te voilà de retour, fidèle au rendez-vous. Ta barbe n’a pas pris un poil blanc. Tes genoux ne craquent pas davantage quand tu t’abaisses, ton âne rechigne toujours à avancer, ton Père Fouettard nous fait toujours autant trembler. Même tes joues sont toujours aussi douces et tes promesses aussi grandes. Tu n’as pas vieilli, Saint Nicolas, et quand je te retrouve, moi, je n’ai pas grandi.

Tu es ressorti tout droit de mon enfance,  gardien fidèle de mes rêves, sans une trace de suie ou une once d’amertume.

Alors chez nous, Saint Nicolas, tu es une star. On t’attend. On parle de toi. On chante tes chansons. On invente tout ce qu’on ne sait pas de ta vie et de ta famille. On rentre pas trop dans les détails, comme on fait d’habitude pour tout le reste, parce que décidément, il y a bien trop de mystères. Et il ne faudrait pas que les mystères tuent le rêve. Alors on rêve. Tout haut et ensemble.

img_0485

Chez nous, pas besoin d’être sage comme un petit mouton pour que tu viennes. Juste d’y croire très fort.

Et crois-moi, chez nous, ça y croit sec. A tous les âges et à tous les étages.

Alors voilà Saint Nicolas, mea culpa pour ma lettre de grande madame pourrie gâtée, qui a envie d’un spa et de trucs de fille. En fait, c’est pas vraiment ça que je souhaite te demander.

Si tu es aussi magique que tu en as l’air, génie bien de chez nous sorti d’une bouteille de bière, tu peux peut-être réaliser mon souhait un peu spécial.

img_0439

En fait, je voudrais que tu ne viennes pas. Enfin si, mais pas tout de suite. Pas trop vite.

Parce que même si ta venue allume de bien jolies étoiles dans les yeux de mes enfants, peut-être que t’attendre est encore plus beau. Rêver ton arrivée. Décompter les dodos jusqu’au grand soir. Espérer la plus jolie des fêtes.

Et puis parce que le grand soir, même s’il sera magique, il passe si vite. On déballe tout, on laisse fondre le chocolat sur les doigts, on enlève les petits fils des mandarines.Et puis c’est fini.

Parce qu’à force d’attendre toujours plus loin, on finit par oublier le maintenant et l’ici.

Et voir mes enfants te chanter à tue-tête, te réclamer dans la cheminée, te rêver le soir en s’endormant le pouce en bouche, c’est ça, finalement, le plus joli de tout. Leur enfance, encore toute intacte, toute insouciante, qui se déroule en toute joie. Ici et maintenant.

Alors oui, Saint Nicolas, ne viens pas trop vite. Laisse-nous un peu profiter de tout ça. Laisse-les déguster leurs nic-nacs. Leur impatience. Leurs morceaux d’enfance.

img_0487

Parce que demain, dans un an, ou après… inch’allah comme on ne dit pas chez toi…

Alors aujourd’hui, là, maintenant, tout de suite, t’apercevoir au bout du couloir me rappelle combien leur joie est précieuse, et combien entre les nuits en pointillés et les journées en hachuré, il est si bon d’en profiter…

img_0474

(Cet article est publié dans la série « Les jouets de mon enfance » de notre collectif de Mamans blogueuses,  les Belgo Mums. Va vite les découvrir … )

 

Publicités

3 réflexions sur “Cher Saint Nicolas (# Belgo Mums)

  1. carnetordinaire dit :

    Oh oui ! comme c’est magique, raconté par toi ! Je suis fan de ce st Nicolas. Je trouve qu’il arrive toujours trop vitre, parce que j’ai pas le temps. Pas le temps de trouver ce qu’il faut, ce qu’il faudrait, et puis penser à ça en novembre, je n’y suis pas encore habituée. Ca ne fait que 4 ans que je le connais !

    J'aime

    • kletmarietteetsatribu dit :

      Pour t’habituer à sa venue, tu peux lui proposer de commencer par amener un bon grand speculoos d’une bonne boulangerie, du bon chocolat, quelques mandarines… c’est déjà un bon début, et cela ne lui prendra pas trop de temps… C’est même gérable en dernière minute, s’il n’a pas reçu les lettres à temps 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s